Auto-Tuto.com • Kia Sportage 2.0 CRDi 136 ch : Tous les modèles d'auto
Les nouveautés, les derniers modèles en image, etc...
Règles du forum
Règles du forum
Extrait du règlement concernant la publication d'un message sur le forum Auto-Tuto :

- veillez à ce que le sujet n'ai pas déjà été traité : à cet effet, la fonction "Rechercher" est là pour vous aider.
- la courtoisie étant de mise, un simple bonjour et quelques remerciements en conclusion de votre message seront appréciés.
- pour faciliter l'obtention de réponses pertinentes, soyez précis, clairs et concis, aussi bien dans l'exposé de votre sujet que dans le choix de son Titre.
- l'utilisation du langage SMS est proscrite et entrainera la suppression immédiate de votre message.
- l'utilisation abusive des MAJUSCULES entrainera également la suppression immédiate de votre message,
- la promotion de services, produits, sites web à but lucratif ou non-lucratif est interdite sur le forum.
- vous devez respecter les lois et réglements en vigueur et le droit des personnes. Par exemple, vous ne devez pas diffuser des messages violents, injurieux, diffamatoires, racistes, révisionnistes, faisant l'apologie des crimes de guerre, pédophiles, appelant au meurtre ou incitant au suicide, incitant à la discrimination ou à la haine ou dont le contenu reproduirait sans autorisation une oeuvre protégée par la propriété intellectuelle (ex. articles de presse, message d'un tiers).

Kia Sportage 2.0 CRDi 136 ch

Messagede Tervure » 14 Avr 2011, 14:47

028A000003531356-photo-kia-sportage-2-0-crdi-136-ch.jpg


Avec une gamme en plein renouvellement, Kia progresse petit à petit dans l'esprit des Français : passée du 17e au 15e rang des marques vendues dans l'Hexagone sur l'exercice 2010, la marque s'appuie sur des lancements réussis (notamment le minispace Venga ayant largement dépassé les prévisions) pour maintenir une montée en puissance constante.

Profitant des directives de l'excellent designer Peter Schreyer (à qui l'on doit l'Audi TT première du nom et la Volkswagen New Beetle) et ayant étendu sa garantie 7 ans à toute la gamme, le Coréen est aujourd'hui en mesure d'offrir des véhicules aussi séduisants que fiables.

Pour ce qui est de la séduction, la nouvelle arme de la marque se nomme Sportage. Face à une concurrence nombreuse, il mise beaucoup sur son style pour se faire une place au soleil.

C'est donc autour de la capitale espagnole de l'art moderne, Bilbao, que le constructeur a décidé de nous le faire découvrir.

TOILE DE MAÎTRE

On nous l'a dit et répété, l'achat d'un véhicule sur ce segment se fait presque exclusivement pour son look.

Partant de ce principe, la génération actuelle du Sportage ne pouvait pas aller bien loin face à des maîtres du genre comme le BMW X1, le Ford Kuga et le Volkswagen Tiguan.

Très marqué par ses influences asiatiques et ayant surtout mal vieilli après 6 années de carrière, le Sportage 2 faisait encore partie de la vieille école... pas vraiment adaptée à une clientèle essentiellement urbaine. Face à son descendant, difficile même d'imaginer qu'on a affaire à la même lignée.


Plus large (de 6 cm), plus long (9 cm) et moins haut (1,5 cm) que son prédécesseur, il adopte les nouveaux codes de la marque et les décline de très belle manière en y ajoutant une touche urbaine légèrement "bling-bling".

La calandre Tiger Nose, signature de Schreyer pour Kia, est soulignée par un contour chromé et des optiques dotés de feux de jour à LED (en finition Active). Les flancs sont creusés par un angle concave et le montant C est inversé.

Ajoutons à cela une surface vitrée réduite, une ceinture de caisse haute et un arrière frappé de feux à effet "rubis" pour obtenir un cocktail détonnant.

HABITACLE SANS FIORITURES

L'intérieur joue un thème plus traditionnel. Il arbore des matériaux de qualité moyenne mais offre un assemblage sans reproches. Simple et sans exubérance, la console centrale rassemble les commandes de climatisation bi-zone et le système de navigation à écran tactile optionnel (1.400 euros). Un peu dépouillé, l'ensemble laisse tout de même une très bonne impression.

Les sièges offrent un bon maintien et un confort acceptable sur les longs trajets. Même "topo" aux places arrières où des adultes se sentent bien accueillis grâce à un empattement de 2,64 mètres. Malgré son profil plongeant, ils ne devront pas non plus courber l'échine pour y caser la tête.

Autre bonne surprise, le coffre profite à plein de l'intégration de suspensions plus compactes que sur la génération précédente et d'un porte-à-faux arrière important (91 cm), pour offrir l'un des volumes les plus généreux de sa catégorie avec 564 litres sièges relevés et 1.353 litres lorsqu'ils sont rabattus.

Dommage cependant que les dossiers ne forment pas un plancher parfaitement plat, un détail qui constitue finalement la seule ombre au tableau.

TAILLE POUR LA VILLE


Notre version d'essai était équipée du nouveau bloc 2 litres Diesel dérivé du 2.2 équipant le Sorento. Développant 136 ch à 4.000 tr/min et 319 Nm de couple à partir de 1.800 tr/min, il se marie parfaitement avec une boite mécanique à 6 rapports bien étagée et douce à l'usage. Une fois en route, il se révèle discret mais pas inaudible.

Grâce à sa direction très souple, le Sportage sait faire oublier son gabarit (4,44 m de long pour 1,86 m de large) pour se faufiler dans la circulation. Avec un poids raisonnable de 1.458 kg en version 2 roues motrices, les 136 ch du 2 litres permettent des accélérations convenables (10,8 s de 0 à 100 km/h).

Pourtant, c'est en sortant des centres urbains que le Sportage affiche ses limites. Alors que l'on sillonne les autoroutes sinueuses de la côte basque espagnole, la sur-assistance de la direction fait payer la maniabilité du crossover par un manque de ressenti et un flottement désagréable. On aurait préféré une variation plus marquée en fonction de la vitesse.


Quelques ombres supplémentaires s'ajoutent au tableau alors que l'on rejoint une route côtière particulièrement exigeante. Si la prise de roulis est globalement maitrisée et que moteur et freins y affichent une vigueur sans faille, le châssis (celui du cousin Hyundai IX35) pourra se retrouver un peu dépassé par les évènements, obligeant l'ESP à intervenir pour juguler le sous-virage. Un trait de caractère renforcé par une monte pneumatique en 225/60 R17 très orientée confort.

Dans ces conditions un peu extrêmes, la consommation grimpe vite au dessus des 5,5 litres annoncés par Kia, pour atteindre les 9 l/100 km.

Signalons enfin que c'est sur la route que l'on paye le prix du design. Il s'agit notamment du montant de pare-brise trop imposant bloquant totalement la vue de ¾ avant. Un "détail" pénible sur route sinueuse, voir dangereux en ville où certains piétons disparaissent derrière lui lorsqu'ils traversent... Très gênant !

DES EQUIPEMENTS PLÉTHORIQUES POUR DES TARIFS SERRES

Outre l'ESP, l'ABS et les assistances au frein moteur et au démarrage en côte, la dotation de base du Sportage se veut très large. On note ainsi le Bluetooth avec commandes au volant ou encore l'autoradio MP3 / USB et la climatisation manuelle présents dès l'entrée de gamme Style (20.890 euros avec le 1.6 essence disponibles en fin d'année).

L'accès au 2.0 CRDi se fera à travers le coeur de gamme Active, ajoutant la caméra de recul ou l'allumage automatique des phares. Enfin, la finition Premium (+2.500 euros) inclut quant à elle la sellerie cuir avec sièges chauffants avant et arrière ou le toit ouvrant panoramique.

Malgré une cible presque exclusivement urbaine, le Kia Sportage sera tout de même proposé en version 4 roues motrices. Offert dans ce cas avec le choix d'une boite automatique à 6 rapports douce et agréable, il gagne jusqu'à 150 kg dans la manoeuvre et voit ses consommations s'envoler (plus de 10 l/100 km constatés). Un choix qui ne se révèle finalement pas nécessaire à moins d'être absolument opposé à une transmission manuelle.

En attendant l'homologation en fin d'année des 1.7 CRDi de 115 chevaux et du 1.6 essence de 140 ch, le Sportage est disponible depuis le 10 septembre en 2.0 CRDi pour des tarifs allant de 27.290 à 33.190 euros. Un avantage d'environ 3 à 5% sur la concurrence, permettant à Kia de tabler sur 3.000 à 4.000 ventes en 2011.

0145000003531360-photo-kia-sportage-2-0-crdi-136-ch.jpg
0145000003531360-photo-kia-sportage-2-0-crdi-136-ch.jpg (15.16 Kio) Vu 1357 fois
028A000003531408-photo-kia-sportage-2-0-crdi-136-ch.jpg
0145000003531404-photo-kia-sportage-2-0-crdi-136-ch.jpg
0145000003531404-photo-kia-sportage-2-0-crdi-136-ch.jpg (14.4 Kio) Vu 1357 fois


02970820-photo-salon-geneve-2010-kia-sportage-3.jpg


02970824-photo-salon-geneve-2010-kia-sportage-3.jpg
Ce ne sont pas ceux qui savent le mieux parler qui ont les meilleures choses à dire.

G7 TDI 150 Carat 5 portes -Blanc pur - Attelage - pack techno - Keyless access - ext de garantie de 5 ans - caméra de recul .
Tervure
Avatar de l’utilisateur
Moderateur
Moderateur
 
Messages: 755
Inscription: 13 Fév 2011, 16:53
Localisation: A coté des bouteilles

Kia Sportage 2.0 CRDi 136 ch

Partenaire

Partenaire
 

Forums Statistiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

Options

Retourner vers Tous les modèles d'auto

hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
Partenaires: www.auto-tuto.com